Oui, Cantona a le droit de parler ! Oui, nous le pouvons tous !!

La polémique gonfle. Tout le monde en parle. Chacun à son avis. Faut-il oui ou non se rendre à la banque le 7 décembre pour retirer son argent et achever le cadavre pestiféré des banques ? Cantona, footballeur magnifique, grande gueule invétérée, propose de provoquer un bank run. Une révolution, sans armes, ni violences, mais avec une haine légitime.

On peut formuler toutes sortes de reproches à cet appel à l’anéantissement du système bancaire. À l’image de la grisonnante et hautaine Mme Lagarde, il est possible de dire « À chacun son métier, et les vaches seront bien gardées ».

En plus de l’insulte à la démocratie — je l’explique à la suite —, je constate que cela fait bien longtemps que le loup est rentré dans le poulailler et qu’il tente de saigner ce qu’ils restent de nos espoirs, de notre liberté et de notre solidarité commune.

En réponse à l’américaine Mme Lagarde, j’aimerais lui dire qu’à première vue, ce ne serait pas une si mauvaise idée de changer de berger. D’ailleurs, au Front de Gauche, on peut lui proposer des noms de personnes intègres, honnêtes et prêtes à quelques sacrifices personnels pour la défense de l’intérêt général.

Chacun peut comprendre que dans la réponse de notre chère ministre, l’économie devient une chasse gardée pour spécialistes. Haro pour la démocratie, la ministre vient de proclamer une « expertocratie ».

Nous devons nous intéresser à tout et surtout à ce qui ne nous concerne pas!

Que l’on soit ou non d’accord avec M. Cantona, on ne peut que défendre son droit à s’indigner, à proposer des solutions, à appeler à la révolution pour faire aboutir son monde.

Tous les citoyens ont ce devoir. Nous devons nous intéresser à tout et surtout à ce qui ne nous concerne pas !

Nous devons parler, rêver, proposer. De nos imbécilités communes émergera la vérité sociale et celle-ci ouvrira la porte vers notre idéal.

Il est nécessaire pour le peuple de remettre perpétuellement en question la société afin de dégager les obstacles qui gâchent son horizon.

L’avantage pour la lutte, avec les propos de Cantona, c’est que tout le monde se pose la question s’il faut oui ou non achever le système. Chose qui paraissait hier comme impossible, ne l’est plus totalement aujourd’hui.

Et si « l’impossible » devient crédible pour le peuple, tout devient possible et la route de l’espoir s’ouvre enfin en son devant.

J’accorde que l’on peut reprocher à cet appel de manquer de profondeur politique. Mais cela reviendrait à insulter Cantona d’imbécile. Je ne m’y risquerai pas (j’ai en mémoire son coup de pied ravageur). D’ailleurs, c’est tout sauf le cas. Il le sait tout comme nous qu’il ne suffit pas de détruire pour détruire.

Mais Cantona montre au peuple qu’il existe des solutions radicales d’anéantissement. Les citoyens, en prenant conscience de celles-ci, seront d’autant plus prêts à intégrer et à participer à nos propositions d’émancipations.

Et autre avantage, cela permet au peuple de prendre conscience collectivement qu’il possède un pouvoir si grand qu’il peut achever du jour au lendemain ce système perfide. Chaque action qui aidera à cette prise de conscience participe directement à la révolution citoyenne.

Simon ULRICH

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Pour être informé des dernières publications

    Rejoignez 66 autres abonnés

  • Archives

%d blogueurs aiment cette page :