La crise du nucléaire : un nuage dans la société

Personnage clé de la révolution de « velours » en Tchécoslovaquie, devenu par la suite Président de la République Tchèque (1993-2003), Vaclav Havel avait une formule simple pour parler du nucléaire :  » La science peut nous mener à la découverte de l’énergie atomique mais elle ne peut nous protéger d’une catastrophe nucléaire ».
Souvent appelé le « président philosophe », cette citation vous en conviendrez n’a rien de philosophique. Elle résume simplement les risques d’un monde « nucléarisé ». Risques connus de tous, mais dont tout le monde fait mine de ne rien savoir!

Du miracle japonnais, au désastre japonnais

Il a fallu donc attendre une catastrophe d’une telle ampleur dont est victime le Japon pour que soudain se réveillent les consciences humaines. Pour tous ceux qui ont oubliés Tchernobyl, et ces nombreux incidents (fuites, explosions) comme en 2008 en France sur le site de Tricastin, le Japon fait resugir le spectre du passé nucléaire qu’on avait cherché à enterrer.
Oui, le nucléaire n’émet pas de CO2 nous dit-on et il représente 80% de notre consommation énergétique en France. Alors pourquoi en sortir?
Cette question sensible divise autant la gauche et la droite semble t-il, et pourtant elle doit dépasser les clivages. Parce que cette question simple, doit être posé au citoyen et débattue. La démocratie se nourrit de débats, d’échanges d’idées, de convictions, mais au final elle doit selon sa nature même trancher.
Nicolas Sarkozy a une nouvelle fois commis une erreur en voulant maintenir coûte que coûte le nucléaire, fleuron de l’industrie français. A nous de s’opposer, et surtout de proposer!

Une postion claire à gauche!

Si pour une fois les écologistes sont en position de force, eux qui ont tant de fois condamner l’utilisation du nucléaire, il faut désormais que le Parti de Gauche définisse clairement sa position. Selon toute vraissemblance, il a opté pour « une sortie du nucléaire » sur le long terme, en manifestant très tôt aux côtés des verts, et c’est une chose dont on peut se réjouir! Jean Luc Mélenchon écrivait déja dans son best seller politique Qu’ils s’en aillent tous  » La vraie solution d’indépendance nationale, c’est le remplacement du nucléaire » (p107).
Le nucléaire a révolutionné le XXe siècle mais il ne révoultionnera pas le XXIeme. D’autres techniques, notament à base de « géo-thermie » existent, et il est temps de les développer sous peine de prendre le risque d’une catastrophe majeure. La France au nom de l’indépendance a sans doute fait une erreur stratégique en misant sur le « tout nucléaire » puisque aujourd’hui nous sommes finalement devenu dépendant de cette ressource!  En effet l’énergie nucléaire contrairement à ce que l’on nous fait croire n’est pas éternel. Elle repose sur les stocks d’uranium, or on estime qu’il n’en existera plus dans 80 ans!
Autant dès maintenant penser à demain et envisager un avenir plus stable, plus sur pour l’humanité.
Qui est plus est, le secteur du nucléaire s’est privatisé ces dernières années. Or son entretien n’est pas toujours assuré par ces compagnies. Dès lors, il faudrait que le nucléaire soit un pôle public!

En tirer des conclusions

C’est là tout le paradoxe de l’Homme. Etant pourtant lui même doter de raison (petit retour philosophique) il crée des inventions pouvant mettre en péril sa propre existence. De la crise financière à la crise nucléaire il n’y a qu’un pas. Alors autant le franchir! Le rapport entre les deux? Dans les deux cas ces catastrophes sont le fruit de l’Homme. Et il est urgent d’en tirer des conclusions. Non pas pour « moraliser » le système économique comme le système nucléaire, mais pour le transformer.
Reste maintenant à convaincre nos alliés du Front de Gauche et surtout nos concitoyens qui pensent peut-être encore que c’est  » le nucléaire ou rien ».

François Guiffard

Publicités
Comments
3 Responses to “La crise du nucléaire : un nuage dans la société”
  1. Nicolas H. dit :

    Ne trouvez vous pas qu’il est odieux de la part des verts de profiter de la crise nucléaire au Japon due au tremblement de terre qui a fait tout de même plusieurs dizaines de milliers de victimes ?

  2. François Guiffard dit :

    Oui et non.
    On peut dire que c’est une manœuvre politique en effet, mais sur ce point les Verts ont toujours été clair : ils sont contre le nucléaire. Aujourd’hui ils se veulent (forcément) moraliste. Mais ils ne doivent pas oublier qu’ils ne sont pas les seuls en matière d’écologie à faire des propositions.

  3. Anthony dit :

    Voici un petit texte des camarades du MJS du 17. Ils font un différence importante entre le nucléaire par fusion et le nucléaire par fission. Voici une citation de la fin du texte : « Les avantages de la fusion sont multiples : L’hydrogène est inépuisable, les dérivés de l’hydrogène utilisés sont faciles et peu onéreux à produire, l’hélium qui résulte de la réaction est un gaz inerte qui peut être réutilisé en industrie, et le risque en cas d’accident est nul car il n’y a aucun matériau radioactif (l’hydrogène redevient et la température baisse très vite). »
    L’article :
    http://www.mjs-charente-maritime.fr/?p=39
    Dire que l’on est contre « le nucléaire » revient à dire « Nous refusons de rechercher une source d’énergie à l’échelle de l’infiniment petit ». Est-ce raisonnable ? Si cette technique est sans risque…
    Bonne lecture !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Pour être informé des dernières publications

    Rejoignez 66 autres abonnés

  • Archives

%d blogueurs aiment cette page :