Soulèvement populaire dans le Wisconsin: Recall them all!

Chaque jeudi, Raquel Garrido, porte-parole à l’International du Parti de Gauche, et le Gavroche vous proposeront un article sur l’actualité internationale. Préférant les analyses locales à une analyse franco-française des évènements, nous vous proposerons le plus souvent possible des articles écrits par des journalistes au plus près des évènements.

Cette semaine, nous portons notre regard sur le soulèvement populaire dans le Wisconsin. Raquel Garrido s’était déjà exprimée sur les évènements qui se déroulaient dans cet Etat de la région des Grands Lacs. En effet, un « recall« , à l’instar de ce qui existe au Venezuela, est en cours au Wisconsin: si ce recall passe, tous les élus seront révoqués et de nouvelles élections auront lieu. Cet évènement est un élément inexistant dans la Démocratie française. Dans l’idée de la Révolution Citoyenne telle que nous la défendons, il est ainsi très utile d’y observer ce qui s’y passe.

Place à cette tribune de Greg Sargent, parue dans le Washington Post cette semaine. Elle est entièrement traduite par notre camarade Thibault.


Le recall dans le Wisconsin fait déjà date
Par Greg Sargent

A l’instant où, vendredi soir, les Démocrates du Wisconsin et les militants syndicaux eurent annoncé qu’ils avaient d’ores et déjà recueillis suffisamment de signatures pour un recall contre le sénateur Républicain Kapanke Dan – et déposé cette pétition –, que les observateurs politiques s’interrogaient quant au nombre précis de signataires. Leur nombre peut en effet apporter des indices quant à la tenue ou non du scrutin mais aussi sur l’ampleur de l’opposition encore présente dans l’état.

Je me suis procuré le nombre exact auprès de Graeme Zielinski, porte-parole du Parti Démocrate du Wisconsin et il est sans-appel : dans ce district : 15 558 signatures sont requises pour provoquer un recall et les militants ont recueilli et présenté un total de 22 561 soutiens.

C’est donc 145% du total requis – et les experts des élections dans le Wisconsin m’ont fait part de leur quasi-certitudes quant au recall sans nécessité de démontrer l’authenticité des signatures.

Du fait de l’annonce de cette pétition un vendredi tard dans la soirée, aucun doute n’a été avancé. Les démocrates et les militants syndicaux de l’état ont collecté près de 23 000 signatures dans les districts de Kapanke en 29 jours – soit en moins de la moitié des 60 jours alloués – ce qui constitue un record en termes de rapidité pour une collecte de signatures dans le but d’un recall dans l’histoire récente du Wisconsin. Et contrairement au cas précédemment observé, certains signataires sont eux-même Républicain.

Parce que les nouvelles du recall ont éclaté tard le vendredi, le signficance de celui-ci est passé complètement inaperçu. Dems et les militants syndicaux à l’état recueilli près de 23.000 signatures dans les districts Kapanke en 29 jours – moins de la moitié des 60 désignés – qui a égalé le record pour le plus rapide de collecte de signatures pour une élection de rappel de l’histoire récente l’état du Wisconsin. Et contrairement à cette précédente affaire, les lecteurs de rappel sont maintenant simultanément procédure à l’encontre d’autres républicains.

Dans l’histoire du Wisconsin, uniquement deux rappels de représentants de l’État ont connu un succès : l’un contre le Sénateur George Petak en 1996 et l’autre contre le Sénateur Gary George pour des faits de corruption en 2003. Ce dernier avait d’ailleurs été reconnu coupable des chefs d’inculpation. Dans le premier cas, les signatures requises avaient été déposées le dernier jour de la période des 60 jours, selon Nexis, alors que dans le second cas, 29 jours seulement auront été nécessaires. En d’autres termes, les démocrates et la classe des travailleurs ont recueillis les signatures requises contre Kapanke aussi vite que dans le cas où le législateur George avait été reconnu coupable d’un crime.

Les experts du Wisconsin m’ont rapporté que le nombre de signatures peut être considéré comme un indicateur fiable quant à la puissance de mobilisation sur le terrain. « Compte tenu du temps imparti pour obtenir les signatures et la vitesse à laquelle ils les ont finalement obtenues, on peut considérer qu’il y a un signal fort quant à la mobilisation importante des forces en faveur d’un recall » dixit Charles Franklin, professeur de sciences politiques à l’Université du Wisconsin à Madison. « Kapanke se situe certes dans le district le plus démocrate, mais récolter un tiers des signatures en plus de celles requises en une vingtaine de jours constitue un véritable exploit pour une campagne de pétition. »

À son collègue, le professeur Barry Burden d’ajouter : « Je dirais avec quasi-certitude qu’ils ont collectés le nombre suffisant de signatures pour engager le recall »

Toutefois, la question demeure de savoir si cette forte mobilisation dans le district de Kapanke va tenir ses promesses, à savoir véritablement permettre d’obtenir le recall comme nous l’avons vu dans les deux précédents cas de l’histoire du Wisconsin. Cela dit, même si la presse nationale a rapporté ces faits, l’énergie et l’endurance de ce qui a été déclenché dans le Wisconsin continue de surprendre.

Pour les bilingues (ou les puristes), l’article est disponible dans sa version originale sur le site du Washington Post.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Pour être informé des dernières publications

    Rejoignez 66 autres abonnés

  • Archives

%d blogueurs aiment cette page :